Les Journées Débat
26 novembre 2020
Quel rôle des acteurs de la ville en matière de Santé à la lumière de la montée des fragilités, de l’évolution de la relation à la médecine et de l’expérience de la Covid-19 ?

Présentation de l'événement

L’accès à la santé est l’une des préoccupations majeures des ménages.

Les villes sont confrontées historiquement à rendre leur environnement plus sain pour leurs habitants (thermes romains, égouts, mesures hygiénistes). Elles interviennent de manière variée dans la gestion des problèmes de santé de leurs habitants : allongement de la vie et offre de services aux personnes âgées, précarité des populations jeunes et actions de prévention, conditions de logements et risques infectieux, désertification médicale et permanence des soins, projets immobiliers.

Actuellement, la croissance des maladies liées au mode de vie urbain ou périurbain (pollution, obésité, diabète, asthme, allergies…) et l’augmentation des inégalités médico-sociales replacent la santé au cœur des préoccupations urbaines.

Le logement en constitue un des principaux leviers, dans un contexte réglementaire où les pouvoirs publics positionnent le logement comme un préalable avec notamment la mise en œuvre du « plan Logement d’Abord ».

L’enjeu du logement comme « facteur de santé » est d’autant plus prégnant face aux inégalités d’espérance de vie des populations :  les personnes sans domicile vivent 30 ans de moins que les ménages bénéficiant d’un logement.

La préservation de la santé des locataires du parc social est également un sujet dont les organismes Hlm s’emparent progressivement. Ils diversifient leurs services face à la montée des fragilités de leurs locataires et face à l’accompagnement du vieillissement à domicile. Les actions entreprises par les bailleurs sociaux durant la crise sanitaire en sont un exemple concret.

Pilotes : 1001 VIES HABITAT, ALFI